Scandale de la viande de cheval

Posté par admin Le 11 - Fév - 2013

Le vent du soupçon est venu du Royaume Uni : des lasagnes Findus contenaient de la viande de cheval et non de bœuf. Cette fraude qui pourrait remonter à août 2012, a poussé Findus à porter plainte contre x en déclarant « nous avons été trompé ».

Ce scandale sanitaire soulève avant tout la question de la traçabilité des produits et révèle une chaine agro-alimentaire très complexe. La viande incriminée a en effet été préparée au Luxembourg dans une filiale de Comigel. Mais son fournisseur est le français Poujol qui a acquis la viande surgelée auprès d’un trader chypriote qui avait sous-traité la commande à un trader situé aux Pays-Bas, ce dernier s’étant fourni auprès d’un abattoir et d’un atelier de découpe de Roumanie. Le ministre de l’agriculture, Stéphane le Foll, pointe dans cette affaire le danger des intermédiaires et chacun des intervenants dans le processus de transformation de la viande se renvoie la responsabilité. Yves Jégo, Député-Maire de Montereau-fault-Yonne en Seine-et-Marne, Délégué Général de l’UDI et ancien ministre, a interpellé le gouvernement dans l’affaire Findus et appelle à une loi de sécurité agroalimentaire et à la mise en place d’une autorité indépendante des marchés agroalimentaires.

Les charcutiers-traiteurs peuvent être les bénéficiaires de cette crise. Ils disposent de deux moyens pour rassurer le consommateur sur la traçabilité de leur viande :

  • entretenir une proximité avec le client en montrant une connaissance personnelle des fournisseurs,
  • mettre en avant le label VPF (Viande de Porc Française) qui garantit l’origine française des produits.
Catégorie(s) : A la une, Actualités